Sondage : L'homme politique idéal

La pléthore de mouvements citoyens qui fleurissent chaque jour : Cap 21, La Transition, Bleu Blanc Zèbre, Génération Citoyens et Nous Citoyens, sans oublier les derniers venus de la Nuit debout, mettent tous en avant la défiance du peuple à l’égard de ses élites politiques et veulent des élus passés par l’entreprise... Le renouvellement de la vie politique doit avant tout passer, d’après neuf Français sur dix, par l’intégration de plus de personnes ayant travaillé en entreprise, rapporte le sondage commandé par Nous citoyens*. À moins que les Français aient la mémoire courte, les cadres supérieurs du privé constituent justement la catégorie la plus représentée dans la classe politique, avec pas moins de 113 élus ou ministres, dont Luc Chatel qui était chez Loréal, Claude Bartolone, issu de l’industrie pharmaceutique, Marc Philippe Daubresse, chez Bouygues, Henri Emmanuelli à la Banque Rothschild ou encore Jean-Pierre Raffarin, chez Jacques Vabre et Bernard Krief Communication. Les instances de décision française comptent aussi dans leur rang près de 80 enseignants du secondaire ! Jean-Marc Ayrault est professeur d’Allemand, François Bayrou, enseignant de lettres classiques, Jean Claude Gaudin d’Histoire-Géo et Pierre Mauroy était en lycée technique. On compte aussi 77 fonctionnaires de catégorie A et B parmi les députés, 75 hauts fonctionnaires et pas moins de 63 avocats : Copé chez Gide Loyrette Nouel, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, François Baroin, ou Villepin, pour n’en citer que quelques-uns. Ajoutons enfin à cela que si ces derniers avaient poursuivis leurs carrière dans le privé, ils auraient très certainement été accusés de conflit d’intérêt ou de faire du lobbying... Au final, les élus français correspondent à ce que souhaitent les citoyens... Mais ils l’ignorent ! 

*L’enquête a été réalisée pour Nous Citoyens, du 7 au 8 avril 2016, auprès d’un échantillon de 1 060 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, sélectionné selon la méthode des quotas.