Capitale : Se ranger des voitures

C’est confirmé ! 

À partir du 1er juillet prochain, les véhicules mis en circulation avant 1997 auront interdiction de rouler dans la Capitale du lundi au vendredi, de 8h à 20h, ainsi que les deux-roues enregistrés avant 2000. Entre 2017 et 2020, l’interdiction deviendra totale et sera étendue à des modèles immatriculés avant 2011. D’ici cinq ans, seuls les véhicules dotés de la pastille verte pourront circuler. Si on peut saluer cette mesure comme un signal fort en faveur de la lutte contre la pollution atmosphérique, il apparaît nettement qu’elle est discriminatoire envers les plus pauvres, les véhicules de plus de dix ans appartenant principalement aux foyers les plus modestes. 

Quoi qu’il en soit, certains élus, sans mauvais jeu de mots, montent au créneau, mettant en évidence le fait que cette proposition est pensée pour les privilégiés, qui vivent dans la cité, ainsi que pour les plus riches. Cependant, que ceux qui habitent en grande banlieue parisienne se rassurent, puisque la Ville de Paris propose des solutions complètement... inadaptées aux habitants de la petite et grande couronne ! Subvention à l’achat d’un vélo à assistance électrique ou d’un cyclomoteur électrique : intéressant pour venir de si loin ! ; abonnements à Autolib’ pour les jeunes venant d’obtenir leur permis et abonnement à Velib’ et Autolib’ offert aux personnes cédant leur véhicule polluant : formidable !... Ces services n’existent quasiment pas en banlieue. Un accompagnement financier sera aussi proposé aux copropriétés pour s’équiper d’abris à vélos sécurisés. Bref, une opération cosmétique pour laquelle la Préfecture de Police de Paris, elle-même, reste dubitative...