Laïcité : Haro sur le communautarisme

Le Conseil Départemental de la Drôme ne fera plus appel aux interprètes dans le cadre des consultations de patients d’origine étrangère qui se rendent dans les centres médico-sociaux drômois. « Il est parfaitement inconcevable que les impôts des Drômois financent ce type de dépenses », indique Patrick Labaune, le Président du Conseil Départemental. « Nous devons, par notre action, favoriser l’intégration des ressortissants étrangers. Cela passe obligatoirement par l’apprentissage de la langue française », dit-il, avant d'ajouter : « Faire appel aux interprètes maintient, au contraire, ces personnes dans l’exclusion ».

Patrick Labaune dénonce également le dispositif d’Enseignements de Langue et de Culture d'Origine (ELCO), qui vise à dispenser aux enfants, des cours de la langue d’origine de leurs parents qui ne possèdent pas le français. « L’apprentissage et la maîtrise de notre langue doivent rester la priorité absolue et la condition sine qua non de l'intégration », insiste le Député des Républicains. « Je suis par ailleurs scandalisé d’apprendre que le Haut Conseil à l’Intégration (HCI) alerte, depuis 2012, sur les dangers de ce programme qui est - un véritable cheval de Troie du communautarisme - » dénonce Patrick Labaune. En effet, dans une étude confidentielle remise au Premier Ministre mi-2013, le HCI soulignait déjà que « les ELCO peuvent conduire au communautarisme. Certains interlocuteurs craignent même que ces cours deviennent des catéchismes islamiques ».

« Il est de notre responsabilité de combattre cet état de fait : financer des cours de français, oui, payer des interprètes, c’est un non... catégorique ! », conclut le Président du Conseil Départemental.