Au loup !

Décidément les écologistes se soucient bien peu du monde animal, car leur silence est assourdissant. Il est vrai que l’homme (politique ou non) étant un loup pour l’homme, le devenir de cette espèce que l’on a voulu réimplanter sans se rendre compte qu’il s’agissait d’un animal sauvage, leur est de peu d’intérêt. La palme revenant à Ségolène Royal qui, en tant que ministre de l’Ecologie, a déposé un arrêté permettant d’en abattre 36 contre 24 auparavant. Le Conseil National de Protection de la Nature a d’ailleurs été informé de la modification dudit arrêté qu’il avait rejeté dans sa première version et qui ne lui a même pas été soumis pour avis lors de sa nouvelle mouture, ce qui est à coup sûr plus expéditif ! Au surplus, ce n’est pas en tuant des loups, mais en assurant une protection efficace des troupeaux que réside la solution, à l’image de ce qui est fait en Espagne ou en Italie, pays qui en compte plus d’un millier de spécimen !