Indiscrétions Parlementaires

 

Qui sera le prochain ? 

5C'est officiel, la France soutient la candidature de Jean-Claude Mignon, Président de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe, au poste de Secrétaire général du Conseil de l'Europe. Le Député de Seine-et-Marne pourrait prendre ainsi la tête de la plus ancienne et plus grande organisation Européenne, succédant au norvégien Thorbjørn Jagland, afin de porter haut les défis et opportunités pour les droits de l’Homme en Europe... Il se murmure que Jean-Claude Junker serait également sur les rangs... Rendez-vous le 23 juin prochain pour les élections !

 

UMP : rebelle attitude ?

5Un directeur de cabinet d'un élu UMP s'est fait coincer, à 3 heures du matin, pull à capuche et bombe à tags à la main par des militaires pour avoir gribouillé des inscriptions anti Hollande sur l'une de ses affiches. Et c'est la garde à vue pour cet homme de 38 ans, qui prouve, s'il en était besoin que les plus rebelles ne sont pas forcément ceux qu'on croit... !

  

Drôle de zèbre ! 

5L'écrivain fleur bleue Alexandre Jardin envisage très sérieusement sa candidature à l'Élysée, pour dit-il : « ressusciter l'esprit du Général de Gaulle et l'intérêt collectif ». Un nouveau Lamartine, qui fut en son temps un candidat-poète ? Alors oui, Alexandre Jardin le crie haut et fort : « Je veux enzébrer la France par un livre ! Parce qu'en France toutes les grandes histoires commencent par un livre, aussi ignoré soit-il ». Il est temps de défier Hollande et sa cohorte d'énarques, qu'il ne manque pas d'appeler les « mini-Colbert », car selon lui « Nos hommes politiques sont perdus par leur ego. Ils ont oublié que le pouvoir, c'est s'occuper du bonheur des autres ». Ah, alors si c'est une histoire d'ego, on veut bien pardonner un peu de mégalomanie...


Vive la crise !

5Au moins, Georges Jeffrey Papandréou, ancien Premier Ministre grec, Président de l’Internationale Socialiste ne manque pas d'humour, en s'adressant aux étudiants de Sciences Po Paris : « Vous le savez peut être déjà, je m’apprête à donner ce semestre dans votre prestigieuse école une série de conférences sur le thème - Comment couler un pays en sept leçons - ? Eh bien, suivez mon exemple ! », précisant qu'il serait regrettable que les futurs décideurs français ne puissent pas tous profiter de son expérience à la tête de la Grèce, qu'il a plongée dans la situation que l'on connaît. Au surplus, il les a même invité à assister,  au spectacle “Vive la crise”, au théâtre de la Comédie Saint-Michel à Paris, dans lequel, accompagné sur scène par une jeune troupe d'acteurs grecs et français, il présente les résultats de sa politique... catastrophique ! 

Cafouillage

5

L’Administration fiscale n’est plus à une contradiction près. Elle adresse des avis de cotisation foncière des entreprises (CFE) aux auto-entrepreneurs exonérés. Une démarche qui sème le doute chez de nombreux bénéficiaires du régime... Alors qu'en septembre dernier, le Gouvernement a renouvelé le coup de pouce fiscal aux auto-entrepreneurs qu'il avait déjà initié l'an dernier avec l'exonération de cotisation foncière des entreprises (CFE), les feuilles d’appel à cotisation continuent malgré tout de pleuvoir. Toutefois, le bénéfice de l’exonération de CFE est exclu lorsque l’exploitant ou son conjoint/partenaire, au cours des trois années qui précèdent la création, exerçait une activité similaire à celle de l’auto-entreprise en cours. L’Etat, qui est actuellement en plein « schmilblick » fiscal va donc recevoir de nombreuses demande de dégrèvement !
 

 

Ubuesque !

5

Un jeune militaire mis en examen pour viols sur sa nièce pendant trois ans, qui ont commencé alors qu’elle avait 11 ans, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire par un juge de Toulon. Une décision qui a de quoi provoquer l’ire les policiers, quintessence de illustration du « rejet du tout carcéral », prôné, on le sait, par la réforme pénale de la garde des Sceaux Christiane Taubira. L’enfant aurait été violé à cinq reprises, selon le Figaro. S’ajoutent des faits de « corruption de mineur de 15 ans » et « détention de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique ». Mais alors pourquoi une telle décision pour des faits aussi lourds ? Le magistrat mettrait en avant l’idée que le suspect se serait « expliqué sur l’ensemble des faits qui lui sont reprochés », n’a pas « menti » et que rien « ne permet à ce stade » de supposer qu’il y a eu d’autres victimes. Selon le juge des libertés et de la détention, le mis en examen présentait par ailleurs « de sérieuses garanties de représentation », n’a « jamais été condamné » et a reconnu « les faits (...) sans chercher à minimiser (leur)gravité ». Pour Patrice Ribeiro, Secrétaire général de Synergie-Officiers, cette « décision illustre le décalage entre le travail de la police et l’absence de réponse pénale pour des actes d’une extrême gravité ». On comprend dans cet esprit pourquoi le projet de réforme pénale qui vise à désengorger les prisons est si controversé...