France-Chine : Colloque économique du Bal de Paris

 

Chaque fin d’année, Marquise Events, que préside Michel Soyer, organise une soirée de prestige autour d’un pays invité d’honneur. Pour 2013, c’est la Chine, en prélude des célébrations liées au Cinquantenaire des relations diplomatiques établies avec  la France par le Général de Gaulle, qui a été choisie, après la Mongolie ou la Russie. Parrainé pour cette nouvelle édition par Jean-Pierre Raffarin, le Bal de Paris « France-Chine », s’il renoue avec la grande tradition des soirées de gala d’hier (mais avec un accompagnement musical d’aujourd’hui !), où se côtoient politiques, diplomates, hommes d’affaires et personnalités du spectacle, se décline également avec un colloque économique - patronné par le Journal du Parlement - une visite de la Comédie française ou des grands noms du luxe. 

À la Maison de la Chine, autour de Jean-François Di Meglio, Président de Asia Centre, Cercle de réflexion et Observatoire d’études et analyses,  mais aussi éditeur spécialisé sur l’Asie en France ;  Libin Le Grix, Directeur Général du Cabinet de Conseil spécialisé en stratégie et développement France/Chine 2LFX ; Michel Panet, Consultant international et Président de l’Association Carrefour France-Sichuan (ACFS) et Isabelle Drueilhe, Dirigeant du Cabinet de Conseil à l’international Cowinr, ex-Présidente de ACFS, une table ronde a réuni de nombreux de participants d’horizons différents, spécialistes des relations franco-chinoises. Ont ainsi été évoqués, notamment, l’évolution des relations bilatérales Europe-Chine dans le contexte actuel, le luxe et les marques françaises en Chine (l’attitude et les modes de consommation chinois évoluent à grande vitesse, influencent le commerce et ont redistribué les cartes de la croissance démontrant que la France a une grande part à jouer dans ces domaines !), mais aussi l’Innovation et la recherche du fameux « win-win » franco/chinois.

Enfin, c’est sur les relations franco-chinoises qu’ont été conclus les débats, pour confirmer la nécessité de recherche de convergences qui favorisent les synergies bilatérales. La Chine, économie « montante » et la France, économie « essoufflée » se rejoignent d’ailleurs dans un même constat de transformations nécessaires, de réformes inéluctables et attendues...