My fair lady !

Nous voilà plongés dans un soir hivernal à Londres en 1930. Une charmante petite fleuriste de Covent Garden rencontre un linguiste distingué qui fait le pari de la transformer en une véritable aristocrate.  L'humour anglais, l'intrigue pétillante et les airs bien-aimés, comme "I Could Have Danced All Night". Evidemment, c'est "My Fair Lady" d'après la pièce de George Bernard Shaw. 

Montée pour la première fois en 2010 à Paris, la belle mise-en-scène de Robert Carson revient de nouveau au Théâtre du Châtelet. On retient son souffle devant les splendides colonnes de l'Opéra ou l'ancienne bibliothèque du professeur. Et les jolies voix sont bien en accord avec la chaleur du décor. Katherine Manley est une Eliza Doolitle lyrique et gracieuse et Alex Jennings s'impose comme un véritable Professeur Higgins, flegmatique, exaspérant et sarcastique à souhait, mais non sans charme. Il y a aussi des petites surprises... Comme les effets spéciaux du son lors de la scène des courses ou  l'apparition d'une domestique française.  La somptueuse soirée du bal crée une atmosphère festive et fait revivre dans la mémoire de chacun les moments cultes du grand classique avec Rex Harrison et Audrey Hepburn. My Fair Lady est une véritable histoire de Cendrillon émancipée. Et enfin que peut-il avoir mieux pour les fêtes de fin d'année qu'un joli duo chanté par le Professeur Higgins et Eliza Doolitle ?

Marina Yaloyan